Musei di Villa Torlonia

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Page d'accueil > Museo della Villa > Chambre à coucher

Museo della Villa

Le Casino Nobile, qui est déjà en soi-même un « musée » au point de vue architectural et décoratif, accueille un musée petit mais précieux consacré à tous les objets retrouvés dans la Villa et provenant de la richissime collection de statues de la famille Torlonia – qui est aujourd’hui encore en grande partie propriété de la famille et se trouve dans le Palazzo de Via della Lungara, ainsi que d’autres objets retrouvés fortuitement qui ont permis d’ajouter une nouvelle pièce à l’histoire de la Villa.
Les objets exposés permettent de se former une idée précise de la manière dont la famille Torlonia, en particulier Giovanni (1756-1829) et son fils Alessandro (1800-1880), parvint, au long de presque un siècle, à être l’étoile indiscutée de cette tradition de collectionnisme dont l’origine remonte au moins au XVe siècle, quand les résidences des familles romaines illustres commencèrent à s’enrichir de précieux éléments de décoration.
La provenance des œuvres exposées n’est pas homogène : elles sont liées, en partie, à la production de Bartolomeo Cavaceppi, célèbre sculpteur, restaurateur et antiquaire du XVIIIe siècle, dont Giovanni Torlonia racheta en 1800 toutes les œuvres conservées dans son atelier ; d’autres viennent de fouilles réalisées dans les domaines de la famille, et d’autres encore appartiennent au mobilier de la Villa rescapé des spoliations.
À ce premier noyau d’œuvres, il s’en est ajouté d’autres, retrouvées contre toute attente en 1997 dans les souterrains du bâtiment du Théâtre, des œuvres qui se trouvaient à l’origine dans le Palais principal et qui avaient disparu à des époques et pour des motifs imprécisés.
Il s’agit de trois grands reliefs en plâtre d’Antonio Canova, d’une tête féminine d’inspiration michelangelesque, de décorations de l’ancienne Chapelle de la Villa, démolie depuis, et d’un précieux fronton en marbre provenant de la tombe de Claudia Semne sur l’Appia Antica.
Une reconstruction de la Chambre à coucher de Giovanni Torlonia (1872-1938) complète le parcours du musée ; ses meubles furent utilisés par la suite par Benito Mussolini quand il fit de la Villa sa résidence, de 1925 à 1943.

Chambre à coucher

Chambre à coucher

Situées au bout des deux côtés, les chambres à coucher étaient ornées de drapements peints imitant les tentures d’un lit à baldaquin ; au centre de la voûte, les panneaux figurant respectivement La Toilette de Vénus et Psyché portée par les vents de Pietro Paoletti.

Mobilier

Grâce à des photos d’archive du quotidien Il Tempo, il a été possible d’établir que les meubles (un lit, une armoire, une commode, une console, deux tables de chevet, un petit fauteuil et une chaise) retrouvés en 1997 dans un dépôt ministériel appartenaient au Casino Nobile de Villa Torlonia, et en particulier à la chambre à coucher de Giovanni Torlonia jr, qui devint par la suite celle de Benito Mussolini quand il résida dans le palais principal de 1923 à 1943, qu’il louait symboliquement pour une lire par an grâce à la généreuse hospitalité du prince.
Commandée au début du XXe siècle à un artisan dont on n’a pu découvrir le nom, elle est d'un style façon baroque génois et appartient à cet éclectisme de fin de siècle qui mélangeait des éléments renaissance et baroques par réaction à un classicisme gréco-romain qui était devenu trop uniforme et vide de sens.
Le baroque génois se caractérise par une surabondance de décoration : marqueteries, volutes, ornements floraux et figures humaines sur une configuration structurelle très simple.
Formé d’un support en orme plaqué en noyer, le lit possède un aspect imposant. Les décorations à volutes des deux têtes sont décidément fastueuses ; les pieds sont eux aussi richement taillés.
Ceux de devant se prolongent en deux petites colonnes contournées qui servent à orner et enrichir les bords.
Les deux tables de chevet présentent les caractéristiques typiques du XVIIe ligure.
Sur une base à gradin repose une petite crédence avec une porte centrale et un tiroir dans la partie supérieure ornée de bandes d’encadrement décorées de grosses têtes d’amours.
Des poignées en forme de têtes d’homme et de femme complètent cet ensemble bizarre et décidément plastique.
La commode elle aussi rappelle les commodes ligures du XVIIe , avec ses quatre tiroirs aux poignées particulières en forme de tête d'homme à gauche et de femme à droite.
De cette manière, on entendait peut-être représenter symboliquement les trois âges de la vie humaine : jeunesse, maturité et vieillesse.
En raison de ses dimensions importantes, l’armoire n’a pas été exposée.
Le mobilier de la pièce est complété par la console dont la richesse de décoration forme un contraste avec sa structure plutôt simple constituée par un plan rectangulaire avec trois tiroirs posé sur une base richement ornée de volutes et de têtes d’amours.
Manque la glace, dont les supports reprennent les motifs décoratifs qui sont déjà présents dans les têtes de lit.

Début XXe s.
Lit
Début XXe s.

de nouveau au menu facilité.


Lisez les avis sur: Musei di Villa Torlonia

de nouveau au menu facilité.