Musei di Villa Torlonia

menu facilité

saut à:
contenu. recherche, section. langues, menu. utilité, menu. principal, menu. chemin, menu. bas page, menu.

Museo della Villa

Le Casino Nobile, qui est déjà en soi-même un « musée » au point de vue architectural et décoratif, accueille un musée petit mais précieux consacré à tous les objets retrouvés dans la Villa et provenant de la richissime collection de statues de la famille Torlonia – qui est aujourd’hui encore en grande partie propriété de la famille et se trouve dans le Palazzo de Via della Lungara, ainsi que d’autres objets retrouvés fortuitement qui ont permis d’ajouter une nouvelle pièce à l’histoire de la Villa.
Les objets exposés permettent de se former une idée précise de la manière dont la famille Torlonia, en particulier Giovanni (1756-1829) et son fils Alessandro (1800-1880), parvint, au long de presque un siècle, à être l’étoile indiscutée de cette tradition de collectionnisme dont l’origine remonte au moins au XVe siècle, quand les résidences des familles romaines illustres commencèrent à s’enrichir de précieux éléments de décoration.
La provenance des œuvres exposées n’est pas homogène : elles sont liées, en partie, à la production de Bartolomeo Cavaceppi, célèbre sculpteur, restaurateur et antiquaire du XVIIIe siècle, dont Giovanni Torlonia racheta en 1800 toutes les œuvres conservées dans son atelier ; d’autres viennent de fouilles réalisées dans les domaines de la famille, et d’autres encore appartiennent au mobilier de la Villa rescapé des spoliations.
À ce premier noyau d’œuvres, il s’en est ajouté d’autres, retrouvées contre toute attente en 1997 dans les souterrains du bâtiment du Théâtre, des œuvres qui se trouvaient à l’origine dans le Palais principal et qui avaient disparu à des époques et pour des motifs imprécisés.
Il s’agit de trois grands reliefs en plâtre d’Antonio Canova, d’une tête féminine d’inspiration michelangelesque, de décorations de l’ancienne Chapelle de la Villa, démolie depuis, et d’un précieux fronton en marbre provenant de la tombe de Claudia Semne sur l’Appia Antica.
Une reconstruction de la Chambre à coucher de Giovanni Torlonia (1872-1938) complète le parcours du musée ; ses meubles furent utilisés par la suite par Benito Mussolini quand il fit de la Villa sa résidence, de 1925 à 1943.

Salle de bal

Salle de bal

La Salle de Bal, qui englobe deux étages en hauteur, est le cœur de toute la structure du « Casino ». Tout en conservant la configuration architecturale de Valadier, Caretti introduisit deux orchestres latéraux et recouvrit tout le salon de peintures, de dorures et de marbres.
Dans la voûte figurent les histoires d'Amour peintes à fresque par Domenico Toietti et Leonardo Massabò, alors que les lunettes sont décorées avec le Vol des Douze Heures, le Vol des trois Grâces, toujours de Massabò, et le Parnasse de Francesco Coghetti.
Les deux orchestres reposent sur de majestueuses colonnes cannelées en marbre de Carrare ornées de riches chapiteaux et d’architraves décorées de stuc blanc et doré avec de petits amours, œuvre de Pietro Galli.
Les murs sont décorés en stuc-marbre imitant le jaune antique
Le pavement était décoré d’une grande mosaïque polychrome, copie de celle de Palestrina, qui a été déposée en 1888 pour être transportée au Palazzo Torlonia de Piazza Scossacavalli, si bien que l'on peut admirer aujourd’hui un pavement en marbres colorés.

Sculpture
Époque flavienne (Ier s. ap. J.C.) - Époque hadrienne (IIe s. ap. J.C.). Restauré par Cavaceppi (fin XVIIIe s.)
Sculpture
Époque augustienne tardive – début de l’époque tibérienne (primière moitié du Ier s. ap. J.C.). Restauré par Cavaceppi (fin XVIIIe s.)

de nouveau au menu facilité.


Lisez les avis sur: Musei di Villa Torlonia

de nouveau au menu facilité.